Plats mijotés en toute légèreté 

copyright C3S
copyright C3S

Les plats mijotés traditionnels ont la réputation d’être caloriques …

Cette richesse provient :

-  soit de la charcuterie ajoutée (saucisse, lardons…) pour la choucroute ou le cassoulet par exemple,

-  soit de certains morceaux de viande : si vous choisissez le plat-de-côtes pour votre pot-au-feu, ce morceau est 2 fois plus gras que le gîte, paleron ou macreuse de la viande de bœuf ! (le plus souvent votre boucher vous conseille de mélanger morceaux gras et maigres)

-   soit de la sauce avec beurre ou crème, par exemple pour une blanquette de veau.

Et il ne faut pas croire qu’en faisant une viande grillée on économise des calories par rapport à un plat mijoté : une entrecôte est plus grasse (> 20 %  MG) qu’un bœuf bourguignon (< 10 %) !

 

Comment réussir un plat mijoté en toute légèreté ?

Pour l’équilibre du plat, je vous conseille de réduire la part de viande – souvent excessive- au profit de la garniture mixte avec si possible des légumes et des féculents (pommes de terre et carottes par exemple).

Choisissez des morceaux peu gras, sachant que les plats mijotés comme le bœuf bourguignon ou le pot-au-feu, peuvent être réalisés avec des morceaux de viande maigre (5 % de lipides). Leur mode de préparation, au court-bouillon ou même au vin (dont les calories s’évaporent à le cuisson), donne un plat tout à fait raisonnable au final. 

Eliminez les graisses visibles quand cela est possible avant la cuisson.

Privilégiez les cuissons douces à basse température.

Il faut une bonne cocotte en fonte ou en inox à fond épais pour laisser mijoter. On évite le revêtement antiadhésif trop fin qui ne donne pas le même résultat gustatif !

Ajoutez bouillon et légumes (pulpe de tomates, légumes de saison carottes, petits pois...), sans oublier les aromates et laissez mijoter...

Le plus long c'est la cuisson, pas la préparation !

 

Recette de plat mijoté : Navarin d'agneau printanier

 

RETOUR