· 

Le Pollen des abeilles

C’est quoi ?

Moins connu que le miel ou la gelée royale, le pollen est la semence mâle produite par les étamines des fleurs et récoltée par les abeilles. Elles en récoltent une partie et les mélanges avec leurs sécrétions salivaires, puis les transportent sous forme de pelotes à la ruche. 

Les apiculteurs récoltent le pollen dans les ruches grâce à un système de trappes. Il est ensuite congelé ou séché avant d’être commercialisé.

 

Comment bien le choisir ? bien le conserver ?

Bio de préférence pour éviter les pesticides.

Vous le trouverez en magasin bio toute l’année ou dans les herboristeries. Celui de notre partenaire, Jardin bio est vendu au supermarché, au rayon bio.

Vérifiez la date de péremption du pollen sec, vendu en bocal/boîte, car plus on s’éloigne de la date de récolte, moins il est efficace.

Au rayon surgelé, il s’agit d’une version « fraîche » plus riche en ferments lactiques (bons pour le microbiote). Prélevez la quantité souhaitée chaque jour puis replacez la barquette au congélateur.

Consommez-le dans les 3 semaines après ouverture.

Nouveau : vous trouvez du pollen liquide en stick, version dosette à emporter ; il se glisse facilement dans un laitage, une boisson ou un smoothie.

Le pollen reste assez cher : 10 € le pot de 200 g de Jardin Bio

Quels sont ses atouts ?

Le pollen est énergisant, tant sur le plan physique qu’intellectuel, sur du long terme (contrairement à la gelée royale qui booste rapidement mais peu de temps).

Il aide à lutter contre la fatigue, renforce les défenses, favorise un bon transit intestinal, participe à l’entretien de la peau et de la vision.

Le profil nutritif du pollen varie d’une espèce florale à l’autre. 

En moyenne, il apporte 50-60 % de glucides (ou sucres, sous forme de glucose et fructose surtout), 15 à 30 % de protéines, de nombreux minéraux et antioxydants (vitamines, caroténoïdes, polyphénols) et des lacto-ferments surtout quand le pollen est frais.

 

Le pollen polyfloral est intéressant pour une amélioration générale.

Le monofloral a des indications plus spécifiques (demandez conseil).

En revanche, il est déconseillé aux personnes ayant eu un cancer hormonodépendant, du fait de son apport en phyto-oetrogènes.

Comment le consommer ?

1 cuil. à soupe par jour pendant 3 à 6 semaines, lors des changements de saisons. Pas plus, car il n’y aurait pas de bénéfice supplémentaire.

Ajoutez-le dans un yaourt, une compote, sur une salade de crudités, avec un muesli…

Attention à ne pas le faire chauffer, pour ne pas perdre ses propriétés !

Ne pas confondre : les pollens volatils responsables du rhume des foins avec le pollen alimentaire qui lui n’est pas allergisant.

Toutefois, il peut provoquer (rarement) une allergie alimentaire. En cas de doute, glisser un grain entre la lèvre et la gencive et attendez 1 à 2 minutes pour sentir un éventuel picotement.

 

Pour en savoir plus : 

« Soignez-vous avec les produits de la ruche » de Nicolas Cardinault, Editions Thierry Souccar (13,90 €)

Écrire commentaire

Commentaires: 0